05 56 12 14 40

05 56 12 14 40

Conflit postérieur de  cheville

 

 

 

Qu'est-ce que le conflit postérieur de cheville ?

Généralités : L’articulation est la zone où se réalisent les mouvements d’un membre. Lorsqu’il y a conflit de cheville cela veut dire qu’un contact anormal s’effectue à l’intérieur de l’articulation de celle-ci lors des mouvements. Il peut s’agir soit d’un tissu (parties molles) qui vient se "coincer" dans l’articulation, soit un arrachement osseux (petit morceau d’os libre) ou encore d’un os un peu volumineux qui vient « frotter » contre un autre.

 

Il existe plusieurs sortes de conflits à la cheville

 

- Le conflit antérieur (voir l’article)
- Le conflit postérieur
- Le conflit latéral


Le conflit postérieur (ou syndrome du carrefour postérieur) est lié au coincement de tissu ou d’os entre l’os du talon (calcaneus) et le tibia en flexion plantaire.

 

 

Les éléments écrasés peuvent être soit la partie postérieure de l’astragale (os de la cheville) soit des parties molles (ligaments).

 

C’est une pathologie que l’on retrouve chez la danseuse car la position des pointes majore la flexion plantaire du pied et donc augmente le risque de contact anormal par écrasement des éléments postérieurs entre le tibia et l’os du talon.
On retrouve également souvent le conflit postérieur chez les footballeurs. Dans ce cas, c’est la partie postérieure de l’astragale qui vient se fracturer lors d’un traumatisme en hyperflexion plantaire car elle se coince de façon violente entre le tibia et l’os du talon.

 

 

Le conflit postérieur se manifeste par une douleur postérieure de la cheville lors des mouvements de flexion plantaire, alors qu’une douleur postérieure en flexion dorsale oriente plutôt vers une pathologie du tendon d’Achille.

 

 

Les examens complémentaires utiles

La radiographie du pied en charge et selon certaines incidences analyse parfaitement la structure osseuse et fait en général le diagnostic des conflits osseux. Outre la classique incidence de face et de profil, il faut demander une incidence radiographique spéciale appelée Talar process view

 

 

L’arthro-scanner est intéressant quand on suspecte un conflit d’origine osseuse

 

 

L’IRM est plus intéressante quand on suspecte un conflit des parties molles

 

 

Principes du traitement du conflit postérieur de la cheville

Il est possible de faire diminuer la douleur en réalisant une infiltration de corticoïde au niveau du conflit.

En cas d’échec de ce traitement, il est nécessaire de réaliser une arthroscopie. Le but de l’arthroscopie est de réséquer les tissus qui se coincent dans l’articulation.